Grandeur et décadence du Mitchell Brothers O'Farrell Theatre

Si vous possédez 10 millions de dollars (8,7 millions d'euros) vous pouvez vous offrir un petit bout de l'histoire du porno : le Mitchell Brothers O'Farrell Theatre. Après trois décennies d'errance, le club de strip-tease et studio porno de San Francisco semble dans une impasse.
Jim Mitchell rêvait d'être le nouveau Francis Ford Coppola. En attendant, il bossait dans un cinéma coquin. Il avait remarqué qu'il y avait des habitués qui venaient pour s'y rincer l’œil. Alors en 1969, Jim ouvrit avec son frère Artie un club de strip-tease/cinéma porno. Comme il était situé rue O'Farrell, ils le nommèrent Mitchell Brothers O'Farrell Theatre.

Il y firent les premiers lap dance.

En 1972, 6 mois après Gorge profonde (premier grand film X), ils tournent Derrière la porte verte. Il inaugurait la scène lesbienne et le plan d'éjaculation (qui devinrent ensuite des figures imposées du porno.) Tourné avec trois francs, six sous, le film rapporta plusieurs millions de dollars aux deux frères.
Gorge profonde avait Linda Lovelace. Derrière la porte verte avait Marilyn Chambers, une starlette reconvertie dans le X. Entre deux strip-tease au club, elle tourna plusieurs films pour les deux frères. Au cours des années 70, elle alterna tentatives pour percer hors du porno et retour devant les caméras.
En 1978, le maire George Moscone est assassiné. Dianne Feinstein lui succéda. Bien que démocrate, elle mena une croisade contre le porno et la prostitution. Les frères Mitchell furent régulièrement convoqués au commissariat pour proxénétisme ou obscénité. Marilyn Chambers fut elle-même arrêtée, en plein strip-tease.
Les frangins prirent le virage des cassettes vidéo. En 1985, ils tournèrent The Grafenberg Point (le point G) avec Traci Lords. Puis ce fut un remake de Derrière la porte verte, avec la pas très douée Sharon McNight. Ce fut l'un des premiers films X avec utilisation des préservatifs.

En parallèle, les frères Mitchell étaient des piliers de la nuit de San Francisco. Le dessinateur Robert Crumb réalisa un autoportrait dans le club et l'écrivain Hunter S. Thompson en fut le manager. En 1984, les frères organisèrent un colloque de caricaturiste, en marge de la convention démocrate de Californie. C'était l'apogée des Mitchell.
Les frères Mitchell n'étaient pas des businessmen. Ils appartenaient à une génération qui se contentait de peu. Jim, le cinéaste raté, gagnait des millions avec ses pornos et les strip-teaseuses du club n'étaient pas farouches...
Du coup, contrairement aux frères Flynt, ils ne cherchèrent pas à créer une chaine de clubs. Et contrairement à Playboy, ils ne prirent pas le virage de la TV à péage.

Artie devint poly-dépendant. En 1990, il manqua de se noyer. L'année suivante, Jim vint le voir "pour le raisonner" munis d'un véritable arsenal. Jim l'abattit de trois balles. Un avocat transforma le meurtre en homicide involontaire. Il sortit de prison en 1997. Il mourut 10 ans plus tard, d'une crise cardiaque.
Le club tenta de prendre un virage plus chic, avec des shows burlesques. Puis, suite aux lois sur le harcèlement, il fallu abattre les cabines privatives. Meta Mitchell, fille de Jim, prit les commandes en 2010, mais elle ne parvint pas à relancer la machine. Le Mitchell Brothers O'Farrell Theatre est juste un club de strip-tease générique. Face à l'inflation du foncier, il ne peut plus faire face. Le voici donc à vendre. Avis aux amateurs...

Commentaires